Tout le monde le reconnaît. Chacune sa manière, l’une sous l’autorité médicale, l’autre à travers l’expérience de pairs, éducation thérapeutique et accompagnement font partie du parcours de soin. Différentes, elles partagent deux points communs : Tout d’abord, de concourir au bienêtre du patient. Ensuite, et ce n’est pas un mince détail, de devoir être financée.

Théoriquement, il ne peut y a voir confusion. D’un côté, il y a l’éducation thérapeutique. Elle a trois objectifs, explique le docteur Claude Sachon du service diabétologie de la Pitié-Salpêtrière à Paris. Tout d’abord, elle est thérapeutique et donc doit obligatoirement être menée par des thérapeutes maîtrisant le traitement de la maladie concernée et capables de modifier ou d’ajuster le traitement.