La définition technique des moyens de « indemnité » de guérir encore. Il y a deux types de contrats d’assurance jeune : une politique de «indemnité» et un «salaire au nom» ou «au nom».
La différence est significative sur le papier, mais rarement le matériel dans la pratique.

Une politique de « indemnité » pas jamais des réclamations de salaire jusqu’à ce que l’assuré ait payé hors de la poche à certains tiers ; par exemple, un visiteur à votre maison glisse sur un plancher que vous avez laissé humide et poursuivez vous pour $10.000 et gagnez. Dans le cadre d’une politique de « indemnité » le propriétaire d’une maison devrait monter avec les $10.000 pour payer la chute du visiteur et « puis serait garanti » par la compagnie d’assurance jeune pour hors des coûts pocket (les $10.000).

Sous la même situation, le « salaire une politique à nom », la compagnie d’assurance jeune payerait la réclamation et les assurés (le propriétaire d’une maison) ne seraient pas hors de poche pour n’importe quoi. La plupart d’assurance jeune-responsabilité moderne est écrite sur la base « salaire de la langue à nom » .

Une entité cherchant à transférer le risque (un individu, une société, ou une association de tous type, etc.) devient la partie « assurée » une fois que le risque est assumé par un « assureur », la partie de garantie, au moyen d’un contrat, appelé une assurance jeune « politique ». Généralement, un contrat d’assurance jeune inclut, au minimum, les éléments suivants : les parties (l’assureur, les assurés, les bénéficiaires), la prime, la période de l’assurance jeune, l’événement particulier de perte couvert, la quantité d’assurance jeune (c.-à-d., la quantité à payer aux assurés ou au bénéficiaire en cas d’une perte), et exclusions (événements non couverts). On dit qu’ainsi un assuré « est indemnisé » contre les événements de perte couverts dans la politique.

Quand l’assuré parties l’expérience une perte pour un péril spécifique, l’assurance jeune autorise le preneur d’assurance jeune à introduire une « réclamation » contre l’assureur pour la quantité couverte de perte comme spécifique par la politique. Les honoraires payés par les assurés à l’assureur assumer le risque s’appellent la « prime ». Des primes d’assurance jeune de beaucoup d’assurés sont employées pour placer des comptes réservés pour le retard de paiement de réclamer-dans la théorie pour relativement un peu de demandeur-et pour des frais généraux. À condition qu’un assureur maintienne les ressources financières suffisantes allouées pour des pertes prévues (c.-à-d., réservations), la marge restante est le bénéfice d’un assureur.