Près de 20% des étudiants déclarent être confrontés à des troubles du sommeil. Et cela va en empirant comme le montrent les enquêtes faites par la Smérep, mutuelle étudiante qui organise des actions de prévention le 18 mars pour la Journée nationale du sommeil.

D’abord, le diagnostic : si l’on en croit les enquêtes de la Smérep, mutuelle étudiante parisienne, les étudiants dormiraient de plus en plus mal. En 2005, 15% déclaraient avoir des troubles du sommeil, en 2007, ils étaient 20%.

En 2009, on parle carrément de « désordres du sommeil » : nuits blanches, insomnies, sommeil de mauvaise qualité. Les effets sont plutôt désastreux : manque de concentration, irritabilité, perte de repères, sans parler du stress que 36% des étudiants n’arrivent pas à gérer

Les causes des troubles du sommeil

Ensuite, pourquoi ces problèmes croissants, alors qu’il est si agréable et simple de bien dormir ?

Il y a d’abord la liberté nouvelle de la vie étudiante qui se déroule souvent en dehors du cadre familial. Le travail d’étude, les sollicitations des loisirs, peuvent conduire à se coucher de plus en plus tard et à considérer le temps de sommeil comme accessoire. Tant pis, je me rattraperai ce week-end… Sauf que le sommeil ne se capitalise pas, rappellent tous les spécialistes. Il obéit chaque jour à des rythmes biologiques fragiles qu’il faut au contraire apprendre à gérer.

Autre cause assez nouvelle pointée par la Smérep : « les nouvelles addictions aux jeux vidéos ou réseaux sociaux sur le net qui repoussent, non seulement, l’heure de se coucher mais produisent également une forme d’excitation empêchant la phase d’endormissement ». Ajoutons à cela, la possibilité illimitée de visionner des films ou DVD sur son ordinateur portable ou d’envoyer des SMS à toute heure.

10 conseils pour bien gérer son sommeil
1 – D’abord, ne se coucher ni trop tôt ni trop tard. Apprenez à repérer le moment de la soirée où vous avez sommeil : picotements dans les yeux, baillements, jambes lourdes, maux de tête. Ces signaux sifflent le départ du « train du sommeil ». Prenez-le tout de suite, car si vous attendez, vous allez rater son départ et vous sentir finalement très réveillé.