La sécurité des soins est une exigence, croissante et légitime, de tous les usagers de la santé et de tous les patients, dans un contexte où les événements indésirables, graves ou non, sont encore trop fréquents. Pour y faire face, chaque établissement, chaque équipe, chaque professionnel doit s’engager dans des démarches de sécurité maximale, de qualité et de coordination des soins en partenariat avec les usagers.

Un partenariat fort du ministère avec le CISS

C’est pour mieux associer les usagers que le ministère chargé de la santé, en lien avec la haute autorité de santé (HAS), a convié le collectif interassociatif sur la santé (CISS) à partager l’organisation de la 5ème édition de la semaine de la sécurité des patients (SSP), lancée ce jour. Il est en effet acquis qu’un dialogue et un partenariat avec les usagers sur la sécurité de leurs soins permettent d’améliorer les pratiques professionnelles.

Des thèmes emblématiques

Cette année, le thème proposé concerne la sécurité aux points de transition tout au long des parcours de soins des patients. Il s’agit de situations potentiellement à risque que l’on peut identifier, notamment aux changements d’équipes, que ce soit entre 2 services d’un même établissement ou aux différentes étapes d’un parcours individuel de soins mobilisant l’hôpital, la ville et le secteur médico-social.

L’accent a été mis sur 3 axes très concrets : l’identito-vigilance, la conciliation médicamenteuse et la lettre de liaison ville/hôpital.

A partir de ces thèmes, un certain nombre d’événements sont organisés, en cohérence avec le programme national pour la sécurité des patients (PNSP). Sur le plan national, un colloque « Sécurité des patients : tous responsables, tous formateurs », dont l’objet est le lancement en langue française du guide pédagogique de l’OMS pour la sécurité des patients, a lieu aujourd’hui, avec la participation de l’organisation mondiale de la santé. Cet outil, pragmatique et inspiré de la pratique clinique, est destiné à la formation – initiale et continue – de tous les professionnels de santé.

Le 26 novembre, le CISS et la DGOS organiseront un double événement : une rencontre avec les représentants des usagers et la cérémonie de remise des prix aux lauréats du concours d’affiches de l’édition 2015. Par ailleurs avec le CISS, la HAS lancera l’opération « Minute je me mobilise » destinée à sensibiliser les équipes et les usagers.

Sur le plan régional, de nombreuses actions d’information et de sensibilisation sont organisées telles que des « cafés SSP », des journées dédiées ou encore des conférences. D’ores et déjà, le ministère chargé de la santé remercie les acteurs qui se sont mobilisés au travers de leurs initiatives vis-à-vis des usagers et/ou des professionnels.

Des indicateurs, leviers pour la qualité et la sécurité des soins

C’est dans le cadre de la SSP qu’intervient chaque année la mise à disposition des résultats des indicateurs de qualité et de sécurité des soins (IQSS) en établissement de santé, avec pour la première fois cette année une présentation sous forme de cartographie régionale. Ils sont diffusés sur Scope Santé (www.scopesante.fr), site internet dédié piloté par la HAS. Même s’il reste des marges de progrès, les résultats 2015 indiquent une performance optimale sur certains indicateurs (par exemple, sur l’organisation de la lutte contre les infections nosocomiales).
Afin de maintenir la dynamique d’amélioration continue de la qualité et de la sécurité des soins hospitaliers, une réflexion est engagée par le ministère chargé de la santé, en partenariat avec la HAS, sur l’évolution du dispositif des IQSS. Il doit prendre en compte les évolutions dans les modalités de prise en charge et les enjeux de santé publique dont les lignes ont bougé depuis ces dernières années.

Aujourd’hui, les IQSS servent également la mise en œuvre de la régulation de notre système de soins par la qualité et par l’efficience. Ils sont ainsi utilisés dans différents dispositifs dont l’incitation financière à l’amélioration de la qualité (IFAQ), qui sera généralisée en 2016 à l’ensemble des établissements de santé ou encore le contrat d’amélioration des pratiques en établissement de santé (CAPES), qui constituera un support d’accompagnement des établissements les moins avancés sur le sujet.

Outre le dispositif des IQSS, d’autres démarches sont également développées au service des usagers : l’amélioration de la pertinence des soins, qui doit permettre de s’interroger sur l’hétérogénéité des pratiques médicales pour certaines activités ciblées et le programme SIMPHONIE, qui vise à simplifier le parcours administratif du patient hospitalisé.